Stage artif mai 2014

Bonjour à toutes zé tous, grimpeuses, grimpeurs!

 

Harold, Manouck et moi (Damien) avons participé au stage d’artif organisé par le Comité Départemental d’escalade de la Somme présenté par Tanguy Trocq début Mai.

Nous nous sommes exercés sur les falaises de Presles dans le Vercors où Manu (Emmanuel Crépeau) nous a servi de guide.

Après une ½ journée sur une voie école (Tina Dalle), m’enfin école école, il a bien fallu 5h pour faire 25m, un bazar pas possible autour du baudrier, des kilos de ferrailles …Nous nous sommes retrouvé au refuge communal de Presles pour nous reposer de cette éreintante ½ journée : mais oui EREINTANTE je vous dis, se poser sur des pitons qui tiennent avec des calles de bois, ou le suivant, lors du dépitonnage, Manouck retire le piton à la main, on se rend vite compte que l’artif c’est une philosophie de grimpe qui n’a rien à voir avec de la grimpe sportive que ce soit en falaise ou en salle. Mais vous comprendrez en regardant les photos que l’on conquière des espaces assez déroutants !

Le second jour, le binôme de choc Manouck et moi, allons-nous mesurer à Hafniouf une voie en total artif tandis que Harold allait se mesurer à Iznogood, un 6c équipé : … d’un peu loin le équipé, qu’il a protégé entre 2 points.

Après 3h à grimper en Z … pour faire 20m, j’ai laissé la place à Manouck pour finir la voie… m’enfin pour planter 2 pitons, faire une lunule et se faire éjecter sur 10m au 3eme piton put… de calle en bois ...

Manu a fini la voie, les 10m restant, pour arriver au relais … +/- béton !! le relais

J’y suis retourné pour dépitonner : mais quel sport, la poignée qui remonte dans la dégaine, le piton qui ne vient pas malgré la superbe chaine à dépitonner Leroy Merlin, un balan qui fait sauté le piton d’après … oups, c’est autant physique à pitonner qu’à dépitonner, on en trimbale de la quincaillerie n’empêche.

Pendant ce temps, Harold finissait sa voie qu’il est allé déséquiper ensuite afin de connaitre la joie que cela procure !

A la vue de notre labeur à faire du tout artif, beh, nous avons abandonné l’idée d’aller plus haut, plus loin, plus … et le bivouac au pied de la voie.

Bref, le lendemain nous nous sommes retrouvés à repeindre un des nombreux plafonds du Vercors … ah les fous (Manu et Harold, Manouck et moi), après une escalade en 5c, une vire en, euh 6…?? mais bien gazeuse, un toit équipé avec des plaquettes tirées d’un profilé aluminium Leroy Merlin, tiens encore lui, nous sommes arrivés la fameuse traversée, où là, j’ai regardé Manouck et lui ai dit … euh nan, je ne passe pas en tête : 50m horizontal sur pitons tous les 2m … Merci Manouck franchement tu as assuré. La journée s’est finie à 18h30 au troquet du village à déguster une bonne Chimay blanche, ben ouaih il fallait bien ca après 8h de grimpe.

Fort de tout ça, nous avons fini par un canyon dimanche matin où tout y était : les sauts, l’ambiance, les toboggans, boite aux lettres, rappel, petite tyrolienne avec un bon plouf de fin.  Pour finir par un bon saucisson, fromage et pain avant de reprendre la route pour Amiens.

 

Merci à Manu, Tanguy et les copains pour ces 3 jours pleins d’émotions.